Menu

Hospitalité, paillettes, désert et neige… les débuts d’Etienne

Nos premières heure à rouler sur le sol américain nous rappellent que nous sommes dans le pays des extrêmes. En moins d’une heure nous sommes abordés dans la rue par un couple qui nous demande si nous aimerions dormir sous leur toit, insultés par une jeune automobiliste aigrie qui n’a pas compris que nous étions à vélo et que nous pouvons pas rouler plus vite et enfin nous sommes reçus par Brenda à Tucson, une couchsurfeuse avertie, autour d’un superbe buffet et du bon vin à l’occasion du Superbowl.

Après une journée de repos, nous mettons deux jours pour rejoindre Tempe, en banlieue de Phoenix et sommes reçus par Patrick et Rosemary, des amis de la mère de Siphay. Ils nous offrent un accueil exceptionnel ! Patrick est dans l’immobilier et Rosemary dans le marketing web. Pour nous, ils organisent une soirée spéciale où nous présentons notre projet à leurs amis : nos films au vidéo-projecteur et mini-conférence organisée dans le salon. Quelle ambiance géniale ! Pendant les 4 jours chez eux, Rhonda et Philip nous aident en contactant des marques et en nous offrant un téléphone portable ; Laura écrit notre coupure de presse en anglais parfait et contacte les médias pour nous, son fils nous offres des brownies succulents ; Puis Rosemary organise un rendez-vous avec son « Director of Development » pour améliorer notre site web, notre communication et contacte aussi des médias ; enfin le français lycéen expatrié Valentin nous régale de 2 pots de Nutella. Lieu de rencontres exceptionnelles, nous gardons un souvenir impérissable de notre séjour chez eux !

Pendant ce temps là Etienne est dans les airs entre Montpellier et notre maison d’accueil.

Etienne raconte :
Tucson - Bishop
Tucson – Bishop

« En ce Vendredi 10 Février 2012, voici que j’atterris Phoenix, USA, pour un trip de 6 mois.
Après de nombreuses escales, courses dans les aéroports et correspondances, j’atterris avec 3h de retard. Alors que je marche dans ce long couloir me dirigeant vers la sortie, j’aperçois au loin Morgan et Siphay qui m’attendent. La joie et l’excitation est immense.

Ils sont tout bronzés, le sourire jusqu’aux oreilles et m’ont l’air en super forme. Brian nous attend dans le hall de l’aéroport pour surveiller leurs vélos.

Au moment de récupérer mes bagages, je constate qu’il manque l’essentiel… le vélo n’a pas suivi. Peu importe, je le récupèrerai demain, pour l’instant je n’ai qu’une obsession, c’est celle d’assaillir mes amis de questions… Le rideau est tombé : me voici dans les coulisses de SOLIDREAM.

Le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, nous préparons le matériel, étudions l’itinéraire et récupérons mon vélo dans la soirée.

Le Dimanche 12 Février, alors que Brian est parti retrouvé sa sœur et son frère à Los Angeles, venus passer 2 semaines de vacances, Siphay, Morgan et moi enfourchons nos vélos en direction de LAS VEGAS. Avec une moyenne de 100 Km par jour (petite moyenne pour mes compagnons…) et des nuits passées sous la tente, mon entrée en scène est plus que réussie. Je constate avec émerveillement à quel point les gars sont organisés et sereins pour survivre et apprécier chaque instant.

Après ces 3 premières journées à rouler, nous rejoignons Brian, Ingrid et Roman dans le camping car qu’ils ont loué pour l’occasion. Notre première escale sera Las Vegas. L’expression Le monde est petit se confirme, puisque là bas nous retrouvons Fabian, un ancien copain de classe de Morgan, aujourd’hui Dj dans les plus grandes discothèques de Las Vegas. Je ne trouve même pas les mots pour expliquer à quel point ce fût une expérience mémorable.

Fabian nous dit « Ce que vous faîtes et vraiment génial, j’ai vu vos vidéos. Bravo les mecs. Pour ma part j’aimerai vous faire vivre quelque chose de rare, une soirée à Las Vegas comme vous n’aurez jamais imaginé vivre un jour. Bien entendu vous allez venir avec moi sans débourser un sou. »

Ainsi nous nous retrouvons dans les plus grandes boites de Las Vegas, assis à des tables au prix exorbitants et servis des bouteilles de vodka à 1000$… Une nuit dans un monde loin de notre quotidien mais enrichissant comme toute nouvelle expérience.

Etienne

« Bien qu’ayant apprécié ce monde de paillette, de jeux et d’argent durant 1 jour et demi, je suis bien content de retrouver le calme, la sérénité et l’aventure du monde SOLIDREAM. 

De Big Bear Lake à Lake Isabella, entre chaleur et neige, tandis que Morgan réalise le montage vidéo du Mexique, je profite avec Siphay, Brian, son frère et sa sœur du temps libre pour me baigner dans le lac, faire quelques randonnées et profiter des superbes paysages.

Etienne, des débuts comme on les aime
Etienne, des débuts comme on les aime

Comme à chaque fois, le moment des aux revoir est émouvant et difficile. Ainsi, c’est avec le cœur gros que nous laissons Roman et Ingrid. Le 23 Février nous prenons la direction de la célèbre Death Valley (Vallée de la Mort). Mon vélo n’a jamais été autant chargé, et cela se ressent bien dans les montées. Nous avons pris l’équivalent de 3 jours et demi de vivre pour traverser cette vallée.
Lorsque je pensais à la vallée de la Mort, j’imaginais que cela serait relativement plat. J’avais tort. En effet, nous avons enchainé des journées à monter et descendre des cols allant de 1600 à 2300 m d’altitude et roulé aussi à 40 m sous le niveau de la mer. Faire 100 Km dans ces conditions fût pour moi une bonne mise à l’épreuve. Le soir j’étais bien content de me blottir dans mon duvet. 

Alors que depuis plusieurs jours j’enchaînais avec les coups de soleil et gros coups de fatigue, nous nous réveillons sous la neige pour la dernière étape. Avec seulement quelques biscuits dans les sacoches nous devions arriver au prochain village avant la nuit… Nous avons donc du faire une étape de 1300 m de dénivelé positif, soit 5h d’efforts en montée, avec parfois 20 cm de neige… dur dur…

Alors que j’écris, nous sommes confortablement installés à Bishop chez Victoria, une couchsurfeuse qui a bien voulu nous héberger, pour préparer notre prochain défi : l’ascension du White Mountain Peak à plus de 4300m d’altitude. J’ai hâte ! »

Mots-clés: