Entrée : 17/09/10 (Nador)

Sortie : 19/10/10 (Frontière mauritanienne)

Quelques chiffres

33  jours dans le pays
19  jours
de vélo
2250km
parcourus à vélo
165km
, plus grosse étape en arrivant à Dakhla
119km / jour
, moyenne sur 19 jours de vélo
2 crevaisons
51°, plus haute température relevée au soleil à Tarfaya
13
nuits chez l’habitant
8 litres d’eau /jour/personne dans le Sahara Occidental


 

Voyager à vélo sur la côte marocaine

Lors de notre traversée du Maroc, nous avons été enchantés pas la gentillesse des Marocains. Ils semblent ne jamais se fatiguer de nous encourager et tous les moyens sont bons : applaudissements, coups de klaxon, pouces levés, cris et paroles en tout genre, « courage », « bon voyage », « bravo »…

Les automobilistes et routiers sont généralement prudents et ils prennent le temps et la place pour nous doubler… nous avertissant toujours de leur arrivée par quelques coups de klaxon.

Sur l’ensemble du pays nous avons été marqué par la difficulté à rencontrer des femmes. 99% de nos discussions et échanges se sont faits avec des hommes…

De Casablanca à Agadir

Dans cette région les champs cultivés et villes touristiques se succèdent. Loin de la ville anarchique et bruyante de Casablanca nous avons beaucoup apprécié la visite d’Essaouira. Une cité typique, calme et agréable. La medina (vieille ville) y est authentique, colorée et les gens y sont très sympathiques. Nous avons également découvert la ville d’Agadir et son occidentalisation. Sa plage rappelle la côte d’azur ou encore la costa brava espagnole, et ses rues sont larges et bien entretenues. Même son magnifique souk de 4km² est propre et peu bruyant…



D’Agadir à la frontière mauritanienne

Entre Tiznit et Guelmim nous vivons nos derniers kilomètres de montagne avant un long désert chaud et plat. Les paysages y sont grandioses. Le relief allié à la couleur rougeâtre de la terre et le jaune du sable nous offre des décors de carte postale, nous faisant oublier la douleur de ces kilomètres de montée.  C’est Tan Tan qui marque notre retour vers la côte et les paysages plus monotones. Plus de 600km après Agadir, la ville militaire de Laayoune signe notre entrée dans le Sahara Occidental. A cet instant, et jusqu’à la frontière mauritanienne (1000km plus loin) nous devons mieux anticiper nos journées de vélo car les points de ravitaillement (villages ou stations essence) sont espacés d’environ 150km.



Douches, WC et eau potable

Filtrer l’eau des rivières

Contrairement à l’Espagne, nous ne trouvons pas de douches ni de WC publics sur les plages. Mais ceci importe peu. L’essentiel étant l’accès à l’eau !!!

Fidèles à notre petit budget nous faisons d’office une croix sur l’achat d’éventuelles bouteilles d’eau minérale. Les 2 alternatives suivantes nous ont permis de subvenir à nos besoins :

- Remplir nos gourdes aux robinets des petits restaurants locaux. Ceci est valable sur toute la côte jusqu’à Tan Tan. Ensuite l’eau courante se fait plus rare mais il existe des bidons d’eau potable accessibles, il suffit de demander aux autochtones.

- Filtrer l’eau des Oueds (rivières) grâce à notre filtre Katadyn pocket.


Une journée type dans le désert

Le matin dans le brouillard

Levés 6h30 nous prenons un solide petit déjeuner, nous nous lavons et levons le camp. A 8h nous effectuons nos premiers tours de pédales. L’idéal serait de partir au levé du soleil, vers 6h, mais l’océan à proximité génère un brouillard matinal qui rend tout déplacement sur la route dangereux.

L’absence de toute vie sur des dizaines de kilomètres ainsi que le manque d’ombre nous ont obligés à modifier notre façon de vivre. En effet, nous devons généralement stocker 24h de nourriture et d’eau dans nos sacoches, il convient donc de prendre des « plats » légers, peu volumineux et consommant le moins d’eau possible lors de leur préparation. De plus, lorsque nous roulons, le vent nous rafraîchit, mais dès que l’on s’arrête, l’absence d’ombre ajoutée à un soleil brûlant rend toute pause supérieur à 15min difficilement supportable.
Pour toutes ces raisons, nous avons opté pour une stratégie différente concernant les repas. Nous ne prenons plus de déjeuner et préférons faire une pause toutes les heures, manger quelques fruits ou bars de chocolat et repartir pour une heure.
Cette technique nous a permis de ne pas trop alourdir nos vélos et de pédaler de nombreuses heures, nous avons ainsi pu couvrir les 1500 km du Sahara marocain en moins de 12 jours.


Ravitaillement express

Ce que nous mangeons le plus

Légumes : Poivrons et concombres
Viandes et poissons : Thon, sardines, sols, moutons, chameaux
Repas chauds : Tajines (les couscous sont servis uniquement le vendredi)
Fruits : Bananes, pommes, poires et tomates
Produits laitiers : Yaourts
Energisants : Miel et dattes
Autres : pain, biscuits secs et barres chocolatées

Articles similaires sur Solidream

  • Solidream vs No Man’s Landoctobre 24, 2010 Solidream vs No Man’s Land Nous ne sommes pas prêts d'oublier notre passage de la frontière Maroc/Mauritanie. 5 jours où nos nerfs ont été mis à l'épreuve et où notre bonne humeur et notre optimisme ajoutés à l'aide inestima...
  • Solidfilm n°4 : Sahara Occidentalnovembre 4, 2010 Solidfilm n°4 : Sahara Occidental Octobre 2010 - Nous traversons le désert du Sahara à vélo. L'absence d'ombre fait que nous sommes mieux sur nos vélos à rouler qu'à l'arrêt sous ce soleil de plomb
  • Prendre le train au Maroc avec des vélosseptembre 21, 2010 Prendre le train au Maroc avec des vélos     Gare de Melilla Au Maroc, il est généralement interdit de prendre le train avec des vélos. Les agents vont vous proposer de prendre la correspondance sans les vélos et de vous le...