Menu
Dans le premier train nous voyageons entre deux wagons

Prendre le train au Maroc avec des vélos

 

 

Gare de Melilla

Au Maroc, il est généralement interdit de prendre le train avec des vélos. Les agents vont vous proposer de prendre la correspondance sans les vélos et de vous les faire « livrer » par une compagnie privée. Nous ne souhaitions pas nous séparer de nos montures, nous avons donc bluffé, en affirmant que nous avions appelé la centrale (ONCF) et qu’ils nous avaient dit que l’autorisation dépendait de la bonne volonté du chef de gare. Après avoir demandé l’autorisation à son supérieur, le guichetier a accepté de nous donner les billets.

Mais le répit fut court, car, 30 min avant de prendre place à bord, le conducteur de train descend et nous dit «  c’est interdit ». Il faut renégocier avec lui, nous lui affirmons que nous avons cassé l’un des vélos, que nous sommes coincés et qu’un ami à Casablanca peut nous aider. Voyant qu’il n’est pas enclin à accepter, nous lui proposons de démonter la roue avant pour que nos vélos ressemblent plus à des bagages « ordinaires ». Voyant notre bonne volonté, il accepte. 3h plus tard changement de train et rebelote. Au final nous arrivons tout de même à destination, OUF 😉

Nous voyageons entre deux wagons

Il n’y a pas de règle magique et la permission dépend du bon vouloir des responsables, mais nous avons constaté qu’il était important de montrer à ses personnes que c’était eux les patrons, et qu’ils seraient vraiment sympas de nous laisser monter car on est de pauvres français perdus… Il faut éviter de faire référence à la France, en disant des choses du genre « en France on fait comme ca, ca ne pose pas de problème », et surtout ne pas penser que tout nous est du.

Nous démontons les roues avant

Enfin, un plan de secours consiste à acheter un gros sac plastique sur le marché, de démonter les roues et les pédales, tourner le guidon, baisser la selle mettre le tout dans ce sac, qui peut être considéré comme un bagage ordinaire.

Mots-clés: