Menu
L’équipage prend toujours plaisir à la manoeuvre. Le vent change pour être un peu plus portant ? Ni une ni deux, 2 ou 3 marins sortent sur le pont pour mettre en place le tangon. Il permet d’optimiser la puissance d’une voile lorsque le vent tend à venir plus de l’arrière. Autant de manoeuvres répétées qui forment les apprentis-marins que nous sommes. Quand l’arc-en-ciel s’en mêle, le plaisir se transforme en joie profonde d’apprendre. | Solidream - Rêves, Défis et Partage
15694
attachment,attachment-template-default,single,single-attachment,postid-15694,attachmentid-15694,attachment-jpeg,eltd-core-1.2,borderland-theme-ver-2.4,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470, vertical_menu_with_scroll,essb-8.5,wpb-js-composer js-comp-ver-6.9.0,vc_responsive

L’équipage prend toujours plaisir à la manoeuvre. Le vent change pour être un peu plus portant ? Ni une ni deux, 2 ou 3 marins sortent sur le pont pour mettre en place le tangon. Il permet d’optimiser la puissance d’une voile lorsque le vent tend à venir plus de l’arrière. Autant de manoeuvres répétées qui forment les apprentis-marins que nous sommes. Quand l’arc-en-ciel s’en mêle, le plaisir se transforme en joie profonde d’apprendre.