Menu
Nous admettrons qu’il y a deux façons de traverser l’Atlantique : d’est en ouest ou d’ouest en est. De l’Europe vers les Amériques, les marins empruntent généralement la route des alizées. Généralement, les vents sont favorables, réguliers et chauds. Mais dans l’autre sens, c’est une autre histoire ! Les conditions météo sont très changeantes et généralement l’équipage s’affaire aux manoeuvres plusieurs fois par jour : réduire le génois, changer de cap, sortir le spi, prendre un ris, sortir la trinquette etc. | Solidream - Rêves, Défis et Partage
15700
attachment,attachment-template-default,single,single-attachment,postid-15700,attachmentid-15700,attachment-jpeg,eltd-core-1.2,borderland-theme-ver-2.4,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470, vertical_menu_with_scroll,essb-8.5,wpb-js-composer js-comp-ver-6.9.0,vc_responsive

Nous admettrons qu’il y a deux façons de traverser l’Atlantique : d’est en ouest ou d’ouest en est. De l’Europe vers les Amériques, les marins empruntent généralement la route des alizées. Généralement, les vents sont favorables, réguliers et chauds. Mais dans l’autre sens, c’est une autre histoire ! Les conditions météo sont très changeantes et généralement l’équipage s’affaire aux manoeuvres plusieurs fois par jour : réduire le génois, changer de cap, sortir le spi, prendre un ris, sortir la trinquette etc.