Menu
Après 3 semaines sans voir la terre, les Açores se présentent d’abord visuellement. Mais bientôt, c’est l’odeur d’une terre humide qui embaume l’atmosphère. Il faut croire qu’après l’isolement du grand large, loin de tout minéral terrestre, l’humain est prêt à accueillir l’humus de la vie à pleines narines ! Une surprise olfactive à laquelle nous ne nous attendions pas et qui met en verve nos sens, hâtifs de regoûter à la terre ferme. | Solidream - Rêves, Défis et Partage
15702
attachment,attachment-template-default,single,single-attachment,postid-15702,attachmentid-15702,attachment-jpeg,eltd-core-1.2,borderland-theme-ver-2.4,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470, vertical_menu_with_scroll,essb-8.5,wpb-js-composer js-comp-ver-6.9.0,vc_responsive

Après 3 semaines sans voir la terre, les Açores se présentent d’abord visuellement. Mais bientôt, c’est l’odeur d’une terre humide qui embaume l’atmosphère. Il faut croire qu’après l’isolement du grand large, loin de tout minéral terrestre, l’humain est prêt à accueillir l’humus de la vie à pleines narines ! Une surprise olfactive à laquelle nous ne nous attendions pas et qui met en verve nos sens, hâtifs de regoûter à la terre ferme.