Menu
Explosion émotionnelle | Solidream - Rêves, Défis et Partage
11200
attachment,attachment-template-default,single,single-attachment,postid-11200,attachmentid-11200,attachment-jpeg,eltd-core-1.2,borderland-theme-ver-2.4,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470, vertical_menu_with_scroll,essb-8.5,wpb-js-composer js-comp-ver-6.9.0,vc_responsive

Explosion émotionnelle

Morgan : " À quelques mètres de la foule je ne reconnais personne. Mes yeux me trahissent. Je n’arrive pas à distinguer les visages. Je cherche mes parents mais je ne les trouve pas. Je roule doucement. Je me fais délicatement happer par la foule lorsque mon père arrive en courant à côté de moi. Il m’attrape le bras « Viens là, suis-moi ! ». Je ne comprends rien. " Siphay : " Je ne sais plus où me mettre. Alors que je suis à quelques mètres de la foule, ces individus me sont inconnaissables. Je m'approche timidement, et ce n'est qu'après avoir été pris dans les bras de chacune de ces personnes que je les reconnais tour à tour ! Je plane complet et ne cesse de dire à tous que je ne souhaite pas arriver. Au fond, ce n'est pas le moment pour moi de réaliser que nous bouclons la boucle et qu'il est temps d'attérir. " Brian : "Comme un lendemain de cuite ou le cerveau semble, par la force des faits, se raccrocher au sol, voir des visages familiers me fait prendre soudainement conscience de l'endroit où je me trouve. Sauf que là, au lieu d'avoir mal à la tête, c'est l'explosion émotionnelle ! Je m'efforce de profiter de ce moment intense d'effervescence collective que je n'aurai jamais la chance de revivre."

Morgan :  » À quelques mètres de la foule je ne reconnais personne. Mes yeux me trahissent. Je n’arrive pas à distinguer les visages. Je cherche mes parents mais je ne les trouve pas. Je roule doucement. Je me fais délicatement happer par la foule lorsque mon père arrive en courant à côté de moi. Il m’attrape le bras « Viens là, suis-moi ! ». Je ne comprends rien.  »

Siphay :  » Je ne sais plus où me mettre. Alors que je suis à quelques mètres de la foule, ces individus me sont inconnaissables. Je m’approche timidement, et ce n’est qu’après avoir été pris dans les bras de chacune de ces personnes que je les reconnais tour à tour ! Je plane complet et ne cesse de dire à tous que je ne souhaite pas arriver. Au fond, ce n’est pas le moment pour moi de réaliser que nous bouclons la boucle et qu’il est temps d’attérir.  »

Brian : « Comme un lendemain de cuite ou le cerveau semble, par la force des faits, se raccrocher au sol, voir des visages familiers me fait prendre soudainement conscience de l’endroit où je me trouve. Sauf que là, au lieu d’avoir mal à la tête, c’est l’explosion émotionnelle ! Je m’efforce de profiter de ce moment intense d’effervescence collective que je n’aurai jamais la chance de revivre. »